La légende de la chapelle.
(Extrait du chapitre XXV de La chapelle de Sainte-Madeleine de Nauzenac par l'abbé D.A. Patrice La Roche)

Retour

Il y a tantôt trois siècles , deux enfants du village de la Mirande - Basse (aujourd'hui Nauzenac) veillaient à la garde de leurs troupeaux. A la recherche de jeunes chevreaux perdus , ils aperçoivent , à quelques pas devant eux , une dame d'une grande beauté. Elle est adossée plutôt qu'assise contre la dent d'un rocher gigantesque. Les bergers cédant à une crainte instinctive , prennent la fuite. Cependant , il y avait dans l'attitude de la dame un ton général de bienveillance et de bonté. Ses yeux noyés de larmes , son visage mélancolique , deux lèvres qui s'efforçaient de sourire , un geste plein de grâce et d'attraits , sa bouche frémissante quoique muette : tout en elle inspirait la confiance. Ce qui augmente l'effroi des deux jeunes bergers , c'est que la vision les poursuit , s'attachant à leurs pas. Brisés de fatigue , à demi-mort de frayeur , les pauvres petits arrivent enfin à la Mirande - Basse. On les entoure , on les interroge , on les presse , on les accable de questions. Ils racontent alors , avec une vivacité qui témoigne de leur bonne foi , ce qui vient de leur arriver. On plaisante d'abord , on rit , on refuse de croire à leur vision un peu trop singulière.
Chacun se rappelle les contes de la veillée.
Cependant les petits visionnaires insistaient et il fallait bien ramasser les chèvres abandonnées au fond des bois. On se décide donc , on part en foule. Là , les préventions tombent d'elles mêmes , les plus récalcitrants sont obligés de se rendre. Comment résister à l'évidence? L'étrange et magnifique dame a repris sa place. O prodige! des fleurs ont subitement poussé sur la dent du rocher aride. Depuis ce jour , les fleurs poussent par touffes en ce lieu béni. Le soleil se lève à travers son rempart de nuages , donnant à la figure de l'apparition un éclat incontournable , entoure comme un diadème son front d'un nimbe d'or sur lequel on lit distinctement ses mots: Marie - Madeleine.
La foule se prosterne , bénit Dieu et invoque la Sainte. O surprise nouvelle! La sainte se joint au cortège, elle prend avec lui la direction de la Mirande Basse , portée miraculeusement à travers les airs. Elle arrête , à l'entrée du village , à l'endroit même où se trouve aujourd'hui la chapelle , enfin elle disparaît de nouveau pour retrouver son rocher fleuri.
Les villageois gardèrent le secret de l'apparition de la Sainte jusqu'au jour où ils décidèrent de lui construire un sanctuaire. A l'aide de la charité publique et de leur bonne volonté  , ils commencèrent la construction. Cependant quelle ne fut pas leur surprise quand au matin du deuxième jour des travaux tout avait été démoli. Ils crurent à la malveillance , à la jalousie. Ils recommencèrent mais les jours suivants , la même chose se renouvela. La Sainte ne voulait pas être honorée en ce lieu.
Afin de décider de l'endroit où le sanctuaire serait construit , le chef de la petite entreprise décida de lancer son marteau et où celui-ci tomberait , ils construiraient la chapelle. Le marteau alla tomber sur la rive droite de la Dordogne , aux portes de la Mirande Basse , à l'endroit même où la dame avait disparu aux yeux des petits bergers.
C'est à ce village qu'appartenaient les pâtres privilégiés qui , les premiers avaient été favorisés de la miraculeuse apparition , c'est là aussi que se trouve la chapelle actuelle de Sainte Madeleine.

bulletHaut de page